Ackr, premier dictionnaire multilingue des acronymes et sigles du monde, lance la version turque de son service : http://tr.hades-presse.com/ackr/.

Ackr se définit en une phrase : “Ackr, çok dilli sözlük, dünyanın kısaltmalar ve kısalmalar çevirir”. Ackr, dictionnaire multilingue des acronymes, recense et traduit les sigles, abréviations et acronymes du monde.

Ackr est un dictionnaire en ligne qui recensera à terme tous les acronymes de tous les pays du monde, toutes langues confondues, tous systèmes d'écriture confondus.

Ce service, particulièrement apprécié des traducteurs et de tous ceux qui ont à lire des textes en langues étrangères truffées d'abréviations, était déjà accessible en espéranto, en français, en anglais, en allemand et en arabe. Il l'est dorénavant en turc.

Ce sont ainsi 16 000 000 millions d'internautes turcs qui pourront accéder à Ackr pour y découvrir la signification de dizaines de milliers d'acronymes. De fait, la Turquie compte actuellement 16 millions d'internautes, soit 21% de ses 75 millions d'habitants, contre 3,5% en 2005. La Turquie se classe par là même au 16ème rang mondial par son nombre d'internautes.

Le turc ou des langues proches du turc (telles que l'azéri ou le turkmène) sont également employées par les internautes de la diaspora turque (par exemple en Allemagne), par des peuples d'origine turque ou islamisés de l'ancien Empire ottoman (en Bulgarie, en Grèce, en Macédoine, au Kosovo, en Bosnie-Herzégovine, en Roumanie ou dans le nord de l'Irak), ainsi qu'en Azerbaïdjan, (azéri), au Turkménistan (turkmène) et dans les pays voisins (Afghanistan, Iran…).

Plus généralement, le groupe des langues turques comprend une trentaine de langues (kirghiz, tatar, ouzbek, ouighour, kazakhstan…), parlées dans une vaste région s'étendant de l'ex-Yougoslavie à la Sibérie et à la Chine occidentale. Par conséquent, près de 140 millions de personnes ont une langue turque pour langue maternelle.

Le turc emploie de nombreux sigles, tels que UAEA (Uluslararası Atom Enerji Ajansı, pour désigner l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique), SSCB (Sovyet Sosyalist Cumhuriyetler Birliği, pour parler de l'ex-URSS), ou KDV (Katma Değer Vergisi, pour évoquer la TVA).

Le site référencé ici est disponible à cette adresse : http://hades-presse.com/