Location de vacances inexistante, non conforme à l'annonce du propriétaire ou même déjà louée à d'autres vacanciers, on a tous déjà entendu parler de ces fameuses «arnaques» à la location qui peuvent transformer les vacances en véritable calvaire.
Voici quelques conseils pour limiter les risques… 1. Ne jamais verser la totalité du loyer avant votre arrivée dans la location. Si des arrhes ou un acompte sont demandés par le propriétaire : généralement le montant ne doit pas excéder 30% du prix de la location.
2. Lire précisément le contrat de location qui doit être rédigé en deux exemplaires et signé par les deux parties.
3. Exiger l'adresse exacte de la location de vacances au propriétaire et vérifier son existence dans l'annuaire.
4. Demander des photos supplémentaires de l'intérieur et de l'extérieur de la location, ainsi que des alentours. Le propriétaire peut parfois également fournir une vidéo sur demande.
5. Utiliser Google Earth et Google Maps afin de vérifier qu'il existe un logement conforme à la description à l'adresse indiquée sur l'annonce.
6. S'informer sur des forums et espaces communautaires afin de vérifier que d'autres internautes n'aient pas déjà signalé une arnaque sur la location concernée.
7. Le propriétaire a confirmé la réservation ? Demander à des amis ou de la famille de rappeler le propriétaire pour réserver la même location à la même date. C'est un excellent moyen pour savoir si le propriétaire cherche à arnaquer en louant indéfiniment un «bien» certainement inexistant.
8. Si possible mais bien plus compliqué, se déplacer auparavant pour vérifier la présence de la location ou demander à des amis proches de votre lieu de vacances d'aller y faire un tour.
9. Se méfier des offres trop alléchantes pour être vraies. Il faut être réaliste : une gigantesque location dotée d'une piscine au centre de Cannes ne coûtera jamais 200 € par semaine ! 10. Avis aux propriétaires : une arnaque très courante ravage les sites de location de vacances.
Des internautes contactent les propriétaires afin de leur régler le montant de la maison précisant qu'ils ne disposent que d'un chèque supérieur au montant de la location sous la main. De cette façon, ces fraudeurs réclament au propriétaire de leur adresser la différence payée par chèque… en espèces ! La banque peut refuser le chèque du faux locataire au bout de 10 jours… un temps largement suffisant pour ne plus jamais entendre parler de ses espèces, ni du fraudeur !

A lire aussi :

Les 5 trucs à connaître pour bien louer

Le petit dico de la location saisonnière

Le contrat de location

Contacts presse :
Agence Wellcom
Aude Violot / Charlotte du Souich
Tél. : 01 46 34 60 60
E-mail : [email protected] / [email protected]

Le site référencé ici est disponible à cette adresse : http://www.anyresa.com