En 2012, un Français passait, en moyenne, 36 heures par semaine face à un écran, tous supports confondus (télévision, internet, ordinateur)(1).

L'utilisation de l'ordinateur représente un travail important pour les yeux.

Bausch + Lomb, société internationale spécialiste de la santé oculaire, rappelle quelques règles simples qui permettent de ne pas sur-solliciter les yeux et donc de les protéger durant cette utilisation :

I- Position

L'ergonomie du poste de travail est l'un des facteurs essentiel de prévention en ce qui concerne la fatigue oculaire. Parmi les paramètres à prendre en compte :

Luminosité et contraste :

Il est primordial d'éviter les surfaces lumineuses dans la zone de réflexion de l'écran. Idéalement l'écran doit être placé perpendiculairement – non face ou dos- à la fenêtre.

Il est également important de privilégier des contrastes clairs / sombres équilibrés, l'écran devra être réglé en fonction de la luminosité ambiante.

Les contrastes positifs (lettres noires sur fond clair) sollicitent moins les yeux que les couleurs bleu ou rouges et les contrastes négatifs (les lettres lumineuses sur fond sombre).

Position de l'écran

Un écran placé trop haut provoque un relèvement des paupières – afin de dégager l'œil- et donc une augmentation du temps d'évaporation des larmes.

La hauteur des yeux doit dans l'idéal correspondre à la hauteur du bord supérieur de l'écran.

Ni trop prés ni trop loin, l'écran doit se situer à la distance la moins fatigante pour les yeux, généralement la longueur d'un bras (50 cm environ).

Atmosphère

Durant de longue session de travail sur ordinateur, le taux de clignement de la paupière s'abaisse de 20 à seulement environ 4 clignements de paupières par minute. Cette diminution de clignements réduit la quantité de film lacrymal, provoquant un desséchement des yeux.
Bausch + Lomb recommande donc d'éviter les atmosphères sèches – telles qu'une pièce surchauffée ou sur-climatisée – d'humidifier et d'aérer l'air de votre espace de travail pour ne pas aggraver le desséchement.

II. Détente

Les pauses régulières (de cinq minutes toutes les heures pour les activités de saisie, dix minutes toutes les heures pour les activités de saisie intensive, quinze minutes toutes les deux heures pour des activités conversationnelles)(2) permettent d'évacuer les tensions au niveau des épaules et de la nuque, et de remettre le corps en mouvement, autant de causes aggravantes de fatigue oculaire.

Ces pauses permettent également aux yeux de changer de focus. En effet les yeux ne sont pas conçus pour rester le regard fixe, ils ont besoin de changements : couleurs, forme, mouvement et distances de vision. Le maintien du regard fixe entraine également la diminution du clignement de la paupière, une des causes de sécheresse oculaire.

Bausch + Lomb recommande également de faire de simples pauses régulières de 10 à 20 secondes les paupières fermées afin de reposer les yeux.

III. Hydratation

Ces facteurs de desséchement peuvent facilement être prévenus par une consommation d'eau importante. En effet, les yeux au même titre que les autres organes, nécessitent une quantité d'eau adaptée à leurs activités. Cette eau permettra au liquide lacrymal, diminué par le manque de clignements, de rester abondant : il pourra ainsi nettoyer la cornée et la protéger contre toutes les agressions extérieures.

L'hydratation directe de l'œil est aussi conseillée en cas de sécheresse prononcée ou prolongée. Elle repose sur des solutions ophtalmiques lubrifiantes dont les instillations au long cours humidifient et lubrifient régulièrement la surface de l'œil (tel qu'Aqualarm® (dispositif médical) http://www.aqualarmup.fr)

Il est également conseillé de se rapprocher du pharmacien le plus proche, si les symptômes persistent, et de consulter un ophtalmologiste pour détecter et soigner d'autres éventuels problèmes oculaires.

IV. Contrôle

La fatigue visuelle entrainée par le travail sur écran peut aussi être symptomatique d'un trouble visuel non-corrigé, (astigmatisme, hypermétropie etc.). Ce type de travail agit alors comme un révélateur de trouble de la vue provoquant par exemple une vision floue de près alors que la vision de loin reste correcte pour l'hypermétropie.

Il est donc conseillé en cas de fatigue prononcée ou survenant rapidement de consulter son ophtalmologiste rapidement afin de traiter de façon adéquate le trouble visuel.

(1) Etude du Crédoc de juin 2012 – « la diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française »

(2) Source INRS : Ecrans de visualisation, santé et ergonomie

Le site référencé ici est disponible à cette adresse : http://www.bausch.fr/