Le http://www.berthold.fr/fr/process-control/humidimetre.html (taux d'humidité) de la biomasse brûlée dans les grandes chaudières varie fortement d'un chargement à l'autre, et peut atteindre jusqu'à 50%. Avec une telle disparité, il n'est pas simple de réguler la combustion afin d'obtenir un rendement optimal.
Cependant, pour y parvenir, il est possible de placer des détecteurs d'humidité, en amont de la chaudière, afin d'en définir la plage de fonctionnement la plus adaptée.

« Nous avons travaillé sur ces aspects avec le fabricant de chaudières Wyncke, explique Pierre Garcia de la société BERTHOLD FRANCE (http://www.berthold.fr/) à Thoiry. Cette collaboration a débouché sur des applications concrètes, ayant permis d'optimiser d'importantes installations, comme à Angers, Creil, Orléans, Rennes ou Grenoble.»

Mise en service en 2011, la chaufferie biomasse de Creil – composée de deux chaudières de 6 et 3 MW – est alimentée avec des plaquettes forestières et bocagères, ainsi que des produits connexes de l'industrie. Cette diversité d'approvisionnement a poussé l'exploitant Dalkia à mettre en place une démarche de mesure d'humidité en continue au niveau des ressources mobilisées.

« Les produits brûlés provenant de divers chargements, leurs taux d'humidité peuvent fortement varier et ce, en moins d'une demi-heure, explique Christian Bellet, Responsable de site. C'est pourquoi, ces taux sont régulièrement mesurés, à l'aide de capteurs de mesure d'humidité proche infrarouge (http://www.berthold.fr/fr/process-control/humidimetre.html).
A partir des moyennes relevées, le fonctionnement des chaudières s'adapte au mieux. Grâce à cela, on s'approche au plus près du mode de combustion du gaz. D'ailleurs, d'autres sites « biomasse » vont prochainement être équipés avec de tels capteurs, comme la chaufferie de Mantes-la-Jolie (78).»
Sources : Berthold, la chaufferie biomasse de Creil

Le site référencé ici est disponible à cette adresse : http://www.berthold.fr/