Comment bien choisir son site de jeux en ligne ?

0
29

En matière de jeux en ligne, on ne pouvait les laisser croître sans une réglementation appropriée et une presse libre de ses préférences, mais capable de probité et d’éclairer les novices pour les conduire à bon port. C’est ce que s’efforcent à faire les revues spécialisées sur le jeu en ligne, du moins celles qui savent de quoi elles parlent !

Globalement, il faut veiller :

  • À comparer le volume des bonus proposés et leur rentabilité effective.
  • La multiplicité des choix en ludothèque.
  • Si le site répond à tous les critères actuels de sécurité et de fiabilité.
  • Le design compte pour se plaire et ne jamais se lasser d’un lieu, serait-il virtuel.

Le test grandeur nature

Un site en ligne, c’est d’abord un design rutilant et des promesses de gains qui dépassent l’imagination.

On ne peut donc se fier qu’à la bonne vieille démarche empirique. Il faut pouvoir visiter sans engagement. On doit aussi reconnaître que c’est le précieux privilège qu’accorde le site en ligne, à la grande différence du casino terrestre : on peut entrer gratuitement, tester, ressortir. Parfois, bénéficier d’un bonus sans dépôt et de free-spins.

La perception du jeu par les autorités : une maladie mentale ?

Nombreux sont les observateurs, passionnés de jeux en ligne, qui s’interrogent sur les motivations des rapporteurs de l’État, en l’occurrence l’actuelle ANJ, dans leur supposée régulation des jeux. Certes, prélevant l’impôt, l’Institution ne peut pas complètement se passer du jeu. Pour faire bonne figure, elle se contente de réprouver. Selon certains, à la réprobation religieuse, a fait suite une forme de psychiatrisation, autour du thème central de l’addiction et de l’assimilation aux drogues. Des psychiatres réputés remettent en cause cette pathologisation, comme Amnon Jacob Suissa (« Le jeu compulsif vérités et mensonges  », Fidès, 2005).

Pourquoi certains jeux, au nom de ces principes, vont-ils être autorisés et d’autres interdits, comme la roulette, le blackjack ou la machine sous ? Est-on capable de mener ces débats de fond pour accoucher d’une régulation équitable et saine, en France ? Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Et tant qu’on n’aura pas abouti, restera le recours au VPN, comme à un paratonnerre ou garde-fou.

Les licences, une certification plausible

En l’absence de politique cohérente de l’État, on peut se reporter à l’avis homologué par les licences de jeux, comme le label eCOGRA. Cependant, s’implantant sur un marché français, mieux vaudra se référer à sa législation, plutôt que d’être évincé, comme cela se produit régulièrement sur le marché belge, un des plus répressifs d’Europe.

La licence de jeux européenne est attribuée par Malte et elle permet de faire valoir ses droits en Europe, en cas de litige avec un casino. La licence de Curaçao, aux Antilles néerlandaises, indique que le site est audité et contrôlé de manière indépendante, ce qui est un point majeur.

Une variété de modes de paiement en évolution constante

On observe une diversification croissante des modes de paiement, depuis l’apparition des portefeuilles électroniques ou des chèques électroniques, de la multiplication des cartes prépayées, utiles au joueur qui s’est fixé un budget qu’il ne veut outrepasser sous aucun prétexte. Un moyen ultra-vérifié consiste à utiliser le virement bancaire, mais cela reste le mode le plus chronophage. Paypal ne peut pas fonctionner sur les jeux en ligne depuis la France.

Tout site qui se respecte dispose des modes de cryptage SSL ou TLS des données personnelles.

Pour un service client toujours à nos côtés

Le facteur humain est d’autant plus déterminant que nous jouons en ligne, peut-être à des milliers de km du lieu d’hébergement du casino. Certes, le moyen de mobiliser le personnel importe moins que l’écoute efficace qu’on finirait par en recevoir. Téléphone, chat en ligne, voire e-mail (plus long) la relation de guichet prime sur tout et une attente qui n’en finit plus sera un indice du rejet du site.

Les grands fournisseurs : gage de stabilité des jeux

Comme dans les produits courants, on aura tendance à se rabattre sur les “grandes marques” de fournisseurs, dont on connaît à l’usage la “bonne tenue de route” sur les autoroutes de l’information et du jeu.

Le taux minimal de redistribution doit approximer 97% et n’incitent pas les mauvais casinos à faire baisser cette moyenne !

Un bon casino progresse continuellement, dans l’appréciation des sites experts, par les licences qui le reconnaîtront, il sera apprécié pour la valeur et la réactivité de son personnel, ses nouveautés et ses stratégies créatives pour vous faire participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.