Jouant sur la corde sensible de la maîtrise et de la soumission, du secret et du dévoilement, de la retenue et de l’extase, Maison Close offre collection après collection des panoplies qui évitent l’écueil de la vulgarité et de l’exhibition racoleuse. Elle se plaît à transformer les femmes qui le souhaitent en filles de joie, tantôt ingénues, tantôt femmes fatales. Qu’elles souhaitent s’exhiber sous le regard complice d’un partenaire ou simplement provoquer sa curiosité, les femmes trouveront dans les diverses collections les atours d’une séduction sans cesse renouvelée.

Le goût du secret entourant ces lieux sulfureux n’a fait que renforcer l’imaginaire des romanciers, cinéastes ou peintres. C’est pour sa charge Un goût du secret qui n’a fait que renforcer l’imaginaire des romanciers, cinéastes ou peintres. C’est pour sa charge toujours aussi évocatrice que cette marque de lingerie a été baptisée Maison Close, quitte à faire face à des préjugées encore vivace (la marque été bannie par Facebook, censurée par You Tube, et menacée par la Mairie de Paris !). Il ne s’agit pas là d’approuver ou de critiquer un mode de commerce sexuel, pas plus que d’entrer dans un débat sur le bien-fondé de leur existence mais plutôt d’éviter les faux-fuyants.

Maison-close est l’une des rares marques sur le marché à assumer son statut de « Ligne de lingerie érotique et sexy. » La démarche qui mène une femme à acheter des produits coquins est sans doute la même qui conduisait autrefois un homme à pousser les portes d’une maison close. Recherche d’un plaisir, d’une excitation. De tous temps braver l’interdit a excité la curiosité. En mettant en scène le désir dans sa maison des plaisirs, Maison Close entretient cette quête en revendiquant des racines bien françaises.

Tout est mis en œuvre pour que le sous-vêtement et l’accessoire devienne dans leur écrin un objet du désir à offrir ou à s’offrir. La terminologie choisie joue sur des vocables éminemment suggestifs. Chaque collection est nommée d’après le nom d’une maison close imaginaire ( « Villa Miel », « Perroquet Bleu », « Villa Satine »). Les modèles reprennent eux les noms de fille de joie. « Flore », « Louisa », « Jade », autant de tentatrices qui ravissent les cœurs et les yeux dans leurs délicats atours. Quant aux accessoires, leur appellation définit avec humour les scénarii coquins auxquels tout un chacun peut s’abandonner : le « plaisir aveugle » pour un loup en satin, le « suivez-moi jeune homme » pour des attache-mains en dentelle, la « petite leçon » pour une règle à fessée, à vous d’inventer la règle du jeu.

Maison Close développe des collections sur un positionnement de gamme équilibré pour rendre enfin accessibles à toutes les femmes des produits stylés et travaillés dans de belles matières, jusque-là réservés aux privilégiés ou initiés. Démocratisation ne rime cependant pas avec vulgarisation. Depuis les débuts tout est mis en œuvre pour véhiculer au travers des produits un érotisme délicat.
Maison Close s’affranchit de l’emprise des tendances ou des saisons en revisitant chaque année des symboles intemporels de la séduction (la guêpière, le corset, le bustier, la jupe fourreau, le porte-jarretelles) et en innovant au travers de produits liés davantage à une évolution comportementale qu’à des effets de mode (culotte ouverte, trompe-l’œil, etc).

La femme Maison Close, libre de s’offrir aux « liens d’abandon », de succomber au « plaisir aveugle », de frissonner au « plumeau de caresse », renverse parfois les rôles en donnant « une petite leçon ». Une touche glamour grâce aux bas à la touche rétro, un zeste de folie avec les pasties ornant sa poitrine, elle mesure enfin sa liberté de séduire et de faire monter le désir à sa guise.

Derrière les portes closes, les cœurs s’ouvrent… http://www.maison-close.com

Le site référencé ici est disponible à cette adresse : http://www.maison-close.com