Implantées sur toute la France, au plus près des besoins électriques locaux, les 2 000 centrales hydrauliques locales, couvrant les besoins de plusieurs centaines de milliers de français, sont menacées de cesser leur activité !

Qui les producteurs d’hydroélectricité locale gênent-ils ?
Faut-il accepter la déstabilisation voire la disparition de la production locale de la première énergie renouvelable ?

Plus de 2500 emplois menacés en France

• A qui la faute ?
La raison : la remise en cause et le risque important de rupture des conditions de renouvellement des contrats d’obligation d’achat négociés avec EDF en 1997. Ces contrats assurent à long terme un prix stable et bon marché pour l’achat, par opérateur national, de l’électricité produite localement. Cet engagement permet une gestion industrielle et sociale durable par les producteurs, la planification d’investissements et travaux de protection de la faune et de la flore.

• Des solutions plus que contestables !
« Les solutions proposées pour le possible renouvellement des contrats risquent d’imposer des investissements injustifiés ou la vente de notre électricité sur le marché boursier. Ces investissements concernant les dispositifs énergétiques, mécaniques et environnementaux pourraient représenter un coût financier insoutenable. La vente de notre production électrique sur le marché boursier n’est pas accessible aux artisans de la production énergique locale » déclare Daniel SOREAU, président de la Fédération EAF, 1ère fédération de producteurs autonomes d’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelable depuis près d’un siècle.
« Pourquoi cette attitude de la part des acteurs institutionnels, pourquoi un long blocage des discussions, pourquoi cet affaiblissement d’une source énergique locale, respectueuse de l’environnement qui a le soutien de plus de 200 parlementaires, de nombreuses associations d’élus et d’organisations territoriales ? »

Et pourtant :
L’hydroélectricité locale, c’est :
– 2 000 centrales à travers la France,
– 12 % de l’énergie renouvelable,
– 1ére source d’énergie verte en France,
– Plus de 2 000 MW installés, soit 1 tranche nucléaire,
– Une production de l’hydroélectricité locale (7 000 000 000 KWH/an) pour une consommation de 2,5 millions d’habitants soit la consommation des Parisiens,
– Une filière industrielle d’excellence qui exporte son savoir-faire à travers le monde,
– Une énergie 100% renouvelable et respectueuse de l’environnement,
– L’énergie renouvelable la plus économique,
– Une énergie qui s’inscrit dans le Grenelle de l’environnement.

Alors,
Pourquoi affaiblit-on les producteurs d’hydroélectricité locale, pourquoi déstabilise-t-on la production locale de la première énergie renouvelable ?

La Fédération EAF
La Fédération EAF regroupe les producteurs autonomes d’électricité produite à partir de sources renouvelables : petite hydraulique en majorité, éolien et solaire photovoltaïque.
Elle regroupe environ la moitié des petits producteurs d’hydroélectricité françis. À ce titre, elle est un organisme représentatif, interlocuteur privilégié des services de l’État, des pouvoirs publics régionaux et locaux, ainsi que d’EDF et des instances européennes.
La Fédération EAF intervient auprès des parlementaires nationaux et européens à l’occasion du vote des lois concernant le secteur d’activité de ses membres et est consultée sur la mise en place des mesures réglementaires.
Avec environ 700 membres et plus de 600 MW installés, la Fédération est particulièrement présente dans les massifs montagneux : Massif central (135 producteurs), Alpes (120), Pyrénées (90), Vosges (50), Franche-Comté (40).
46% des centrales ont une puissance installée de moins de 300 kW, 33% une puissance à 1000kW et 21% une puissance supérieure à 1000kW.
Elle est membre d’EREF, Fédération Européenne des Énergies Renouvelables.

Source de l'article : http://www.federation-eaf.org/

AUCUN COMMENTAIRE