Depuis deux semaines, Peng Shuai, ex-champion du tennis chinois n’a plus donné aucun signe de vie. Les inquiétudes à propos de sa vie et de son état grandissent de plus en plus dans le monde entier. Mais qu’est-ce qui a bien pu se passer et pourquoi tous les yeux sont-ils rivés sur le gouvernement chinois ? Découvrez dans cet article l’intégralité de l’actualité à ce propos.

Peng Shuai : la goutte d’eau qui aurait débordé le vase

Le début de toute la polémique remonte au 2 novembre. Tout a commencé par un message publié sur le compte officiel Weibo de la joueuse de 35 ans. Peng Shuai dans sa publication accuse l’ancien vice-premier ministre Zhang Gaoli d’agression sexuelle. Elle dit notamment avoir été contrainte à avoir un rapport sexuel avec l’homme politique avant de devenir sa maîtresse. Mais quelques instants après, le message de la sportive a été censuré du réseau. Depuis ce jour, plus aucune nouvelle de la tennis-woman. Serait-elle enlevée ? Ou secrètement gardée prisonnière ? Pour ne rater aucune actualité sur le sujet, vous pouvez suivre le journal TDN.

Pourquoi l’État chinois est-il mis en cause dans cette affaire ?

La Chine n’est pas une démocratie. Le régime chinois est l’un des régimes les plus autoritaires du monde. Le gouvernement a une mainmise sur la presse, les réseaux sociaux ainsi que toutes les organisations syndicales.

En accusant l’un des sept hommes les plus puissants de la Chine d’agression sexuelle, les internautes estiment que Peng Shuai aurait provoqué la colère du régime. Sa disparition pourrait être la conséquence de sa publication. Jusqu’ici, aucune preuve ne relie le gouvernement ni le parti communiste chinois à cette disparition. Mais à voir la manière dont la publication a été censurée et le blocage du hashtag #WhereIsPengShuai en Chine, tout porte à croire que le régime ne semble pas être préoccupé par cette disparition.

Peng Shuai est-elle en liberté ?

Aux dernières nouvelles, la sportive se serait rétractée d’elle-même dans sa résidence à Pékin. Dans une vidéo publiée hier par un journaliste proche du pouvoir chinois, Peng Shuai apparaît, entrant dans un restaurant où elle siégea au tour d’une table avec son entraîneur. Si bon nombre d’internautes perçoivent cette vidéo comme un forcing, c’est justement parce que des citoyens chinois ont déjà été forcés dans le passé à faire des déclarations ou poser des actes sous contrainte.

Dans la journée de ce dimanche 21 novembre, le président du Comité International Olympique déclare s’être entretenu avec la joueuse par visioconférence. Celle-ci se porterait bien dans sa résidence à Pékin et voudrait que sa vie privée soit respectée. Mais aucune vidéo de cet entretien n’est encore diffusée. Peng Shuai est-elle donc vraiment libre ? Les prochaines heures détermineront la suite de cette affaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.