L’assurance vie est l’un des produits d’épargne préférés des Français. Rien d’étonnant étant donnés les avantages qu’elle procure et que nous vous présentons dans cet article.

L’assurance vie : un rendement garanti

Certes, l’assurance vie n’est pas le placement le plus performant en matière de rendement, mais ce rendement est garanti, du moins pour les fonds en euros.

En moyenne, l’assurance vie procure un rendement annuel de 1,10%. Selon les établissements bancaires, ce taux peut osciller de 1 à 3%.

Dans les faits, l’assurance vie se révèle plus rémunératrice que les autres produits d’épargne traditionnels que sont les livrets d’épargne, le PEL et le CEL.

Toutefois, si vous souhaitez miser sur des rendements supérieurs, vous pouvez opter pour les fonds en unités de compte. Néanmoins, notés que dans ce cas, les rendements ne sont pas garantis et vous n’êtes donc pas assuré de récupérer la totalité de votre mise. En effet, dans le cas d’un contrat en unités de compte, ce n’est pas la valeur de ces fonds qui sont garantis par l’assurance vie, mais leur nombre.

L’assurance vie : une transmission de capital sécurisée et avantageuse sur le plan fiscal

Il s’agit d’un produit d’épargne de moyen ou long terme. L’assurance vie permet d’accumuler un capital qui pourra ensuite être versé en une seule fois ou sous forme de rente

Au moment de la signature du contrat d’assurance vie, vous devez choisir un ou plusieurs bénéficiaires. Il peut s’agir de personnes physiques et/ou morales. Le capital est alors partagé à lorsque le contrat touche à sa fin.

L’assurance vie est notamment le produit d’épargne idéal pour transmettre un capital hors succession. Plus précisément, la part hors succession concerne les primes versées avant 70 ans. Dans ce cas, les bénéficiaires profitent d’un abattement fiscal de 152500€ sur la part que chacun perçoit. Et au-delà de ce montant d’abattement, la fiscalité s’élève à 20%, ce qui reste particulièrement avantageux pour un produit de succession.

Pour les versements effectués après 70 ans, l’abattement s’élève à 30500€ pour l’ensemble des bénéficiaires.

De plus, si le bénéficiaire est le conjoint, il ne paie aucun droit de succession, même pour les primes versées après 70 ans.

L’assurance vie : une épargne non bloquée

Même si on pense souvent le contraire, l’épargne déposée dans une assurance vie n’est pas bloquée. Vous pouvez retirer tout ou partie de votre capital à n’importe quel moment. Il s’agit alors d’une demande de rachat.

Cependant, dans le cas d’un rachat total, vous récupérez la totalité de votre capital, mais sans bénéficier des avantages fiscaux provenant de l’ancienneté du contrat (antériorité fiscale).

L’assurance vie : le choix entre différents types de contrats

Il existe 3 formes de contrats d’assurance vie :

  • Le contrat vie : permet de choisir si c’est l’assuré ou les bénéficiaires qui perçoivent le capital à l’issue du contrat lorsque est vivant
  • Le contrat décès : soit les bénéficiaires héritent du capital si l’assureur décède avant une date ou un évènement indiqués dans le contrat, soit les bénéficiaires en héritent suite au décès de l’assuré
  • Le contrat vie et décès : l’assuré perçoit le capital épargné s’il est vivant à l’issue du contrat, sinon ce sont les bénéficiaires qui en profitent

Concernant les fonds, vous avez le choix entre deux formes de contrats d’assurance vie :

  • Les contrats monosupport en euros : pas de risque, mais rendement faible
  • Les contrats multisupports : plus risqués, mais rémunération potentielle supérieure

L’assurance vie : différentes façons de percevoir les fruits de son épargne

Au moment de la mise en place du contrat d’assurance-vie vous allez pouvoir choisir différentes façons dont l’épargne sera distribuée à l’issue du contrat :

  • Sous forme de capital : un seul montant divisé entre les différents bénéficiaires ou récupéré par l’assuré
  • Sous forme de rente : distribution progressive via des revenus réguliers perçus par les bénéficiaires ou par l’assuré

L’assurance vie : une fiscalité avantageuse à qui sait attendre

À partir de 8 ans d’existence, le contrat d’assurance vie profite d’une fiscalité particulièrement avantageuse. Dans ce cas, les intérêts et les plus-values perçus sont exonérés d’impôt sur les revenus.

Concernant les retraits, pour les montants inférieurs à 150000€ le prélèvement forfaitaire unique (PFU) s’élève à 7,5% pour un contrat de plus de 8 ans, contre 30% pour les contrats plus jeunes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.