Crédit : Pixabay

Un ouf de soulagement pour les consommateurs ! L’UE pourrait adopter très prochainement des normes exigeantes un chargeur unique pour tous les appareils électroniques. Un même chargeur pourrait donc servir pour plusieurs appareils et permettre à son propriétaire de faire des économies.

Vers le choix du port USB Type-C

L’existence de plusieurs chargeurs crée des dépenses inutiles aux consommateurs et amplifie la population environnementale des déchets électriques. La Commission européenne fait une énorme avancée en optant pour l’adoption d’un chargeur unique. Depuis quelques années, des actions dans le même sens ont permis de passer de 30 chargeurs à 3 chargeurs. Sans oublier les efforts de rénovation énergétique pour préserver l’environnement.

Une modification de la directive sur les équipements radioélectriques permettrait d’avoir un port standard pour tous les appareils. Ce serait le port USB Type-C. Il sera utilisé pour tous les casques d’écoute, les téléphones portables, les consoles de jeux vidéo, les haut-parleurs portatifs les appareils photo et les tablettes. En outre, la commission a fait d’autres propositions.

« Cela fait suffisamment longtemps que les consommateurs européens sont agacés par l’accumulation de chargeurs incompatibles dans leurs tiroirs. Nous avons donné au secteur tout le temps nécessaire pour qu’il propose ces propres solutions, mais le temps est désormais venu de prendre des mesures législatives en faveur d’un chargeur universel. Il s’agit d’un gain important pour nos consommateurs et notre environnement, conforme à nos ambitions écologiques et numériques » a déclaré Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l’ère du numérique.

Les propositions de la commission

La commission a fait quatre principales propositions. On espère que les nouveaux chargeurs seront adaptés aux chargeurs solaires.

Un port de charge unique

Comme souligné plus haut, la commission propose le port USB Type-C comme un port universel. Il serait valable pour toutes les marques d’appareils. Les différentes sociétés devront donc collaborer dans ce sens. Ainsi donc, il ne faudra qu’un chargeur pour la plupart des appareils électroniques.

Une technologie universelle

Pour assurer l’efficacité de cette décision, toutes les technologies de charge doivent être basées sur la même technique de charge rapide. Ceci contraindra les fabricants à respecter les bonnes vitesses de charges. Quel que soit le chargeur utiliser pour un portable, la vitesse de charge serait donc le même.

Séparer la vente des appareils électronique de celle des chargeurs

La commission propose également que les ventes de chargeurs soient dissociées des ventes d’appareils électroniques. Les consommateurs auront la possibilité d’acheter des appareils sans l’obligation de prendre un chargeur. Ceci permettra de réduire les coûts d’achat et le nombre de chargeurs que ces derniers n’utilisent pas. D’après quelques estimations, ce nouveau mode d’achat permettra de réduire la quantité de déchets électroniques d’environ 1 000 tonnes.

Bien informer les clients

Les producteurs doivent fournir le maximum d’informations possibles aux consommateurs. Ce dernier doit savoir si son chargeur prend en compte la charge rapide, connaitre sa puissance, et en savoir plus sur les performances du dispositif.

Ainsi, les consommateurs sauront plus facilement si leur chargeur correspond à leur appareil. Ils pourront donc faire de meilleur choix. On estime que les consommateurs feront une économie de près de 250 millions d’euros en choisissant le chargeur qui leur convient. Il y aura de moins en moins de câbles rangés dans les tiroirs.

A quand la mise en circulation des chargeurs universels ?

Si toutes les propositions sont adoptées par le parlement, les consommateurs pourront avoir les chargeurs universels en 2024. On espère que d’ici 2022, le conseil des ministres et le parlement européens trouveront un accord idéal. Après ceci, un moratoire de 24 mois serait accordé à tous les acteurs de ce secteur.

Les limites des nouvelles propositions

Les propositions faites par la commission ne tiennent pas compte de tous les appareils. Et ça, plusieurs députés l’ont déjà constaté et demande que les autres appareils soient inclus. Cavazzini a souligné par exemple l’absence des lisseuses dans la liste des appareils concernés. Pour d’autres membres du parlement, les propositions doivent tenir compte des prouesses de la technologie dans le futur. Les techniques de recharge sans fil doivent être prises en compte.

D’après les acteurs de ce secteur, l’adoption des nouvelles normes pourrait freiner le développement technologique. Mais pour plusieurs députés, il n’en est rien du tout. « La proposition indique que si une autre norme que l’USB-C émerge, nous pouvons adapter les règles. » a affirmé la députée européenne.

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.