crédits : pixabay

Quand on arrive à une certaine étape de notre carrière, il est important de faire le point, et ça passe par la réalisation d’un bilan de compétences. C’est un dispositif d’accompagnement à l’évolution professionnelle. Il aide à y voir plus clair quand on se pose des questions sur nos vraies aspirations, quand on envisage de passer par une reconversion professionnelle…

Qu’est-ce que le bilan de compétences ?

Le bilan de compétences est un dispositif inscrit dans le Code de travail. Son objectif est de permettre au salarié de faire le point sur sa carrière ainsi que d’analyser ses compétences professionnelles, ses motivations et ses aptitudes. Ce bilan peut être fait pendant ou en dehors des horaires de travail, et il est à faire dans un organisme agréé. Le salarié prend l’initiative de le faire. S’il le fait en dehors de son temps de travail, il n’est pas obligé d’informer son employeur. Sinon, il demande un congé afin de le faire. Toutefois, quelques conditions sont à remplir. Si le salarié est en CDI, il doit justifier de 5 années de travail, dont 12 mois dans l’entreprise dans laquelle il fait sa demande. Il faut respecter le délai de franchise de 5 ans entre 2 bilans. S’il est en CDD, il doit justifier de 24 mois de travail pendant les 5 dernières années, dont 4 mois pendant les 12 derniers mois. La demande est faite à l’employeur 2 mois avant, et ce dernier a 30 jours pour y répondre, l’absence de réponse indique une acception. Mais il y a aussi une autre procédure d’accompagnement qui pourrait être intéressante pour les cadres, c’est l’outplacement sur-mesure au bon prix.

Les différentes étapes du bilan de compétences

bilan de compétences
Crédits : Pixabay

Le bilan de compétences se passe en 24 heures, et 3 étapes sont nécessaires. Il y a avant tout l’entretien individuel afin de déterminer les besoins du salarié et de lui présenter les conditions du déroulement du bilan. Ensuite, il y a l’étape d’investigation permettant d’analyser ses aptitudes et ses centres d’intérêt pour déterminer ses possibilités d’évolution professionnelle. Le consultant lui fait passer des tests de personnalité, d’orientation professionnelle… Enfin, il y a la remise du document de synthèse reprenant son projet et déterminant les étapes envisagées pour sa mise en œuvre. Cette étape détermine le plan d’action et évalue les moyens nécessaires à la réalisation du projet. Sauf exception, les actions sont conduites de façon individuelle s’il est l’unique destinataire des conclusions du bilan de compétences.

Le financement du bilan de compétences

Faire un bilan de compétences demande un budget, c’est environ entre 1.500 et 3.000 euros HT, ça varie d’un centre à l’autre. Il faut s’informer auprès des OPBC (Organismes Prestataires de Bilans de Compétences) ou des CIBC (Centres Interinstitutionnels de Bilans de Compétences). Cependant, plusieurs solutions existent pour le financer. Pour les indépendants, il y a le droit au bilan CPF (Compte personnel de Formation). Les micro-entrepreneurs font leur demande auprès du FIFPL (Fonds Interprofessionnel de Formation des Professions Libérales). Si la personne est au chômage, Pôle Emploi peut financer une partie ou l’intégralité du coût du bilan dans le cadre de recherches d’emploi. Pour les salariés, la formation est financée par l’entreprise via le CIF, le CPF ou le plan de formation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.