NOTE DE PRESSE

Des spécialistes de la recherche sur le cerveau utilisent les outils d’entraînement cérébral de CogniFit dans le cadre d’une étude sur la prévention des troubles de la démarche

LE PROCHAIN PAS DANS LE TRAITEMENT DES TROUBLES DE LA DÉMARCHE CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES

* Depuis plusieurs années, les recherches neuroscientifiques montrent la relation entre les troubles de la démarche et l’état cognitif.

* Le programme d’entraînement cérébral CogniFit va être utilisé dans le cadre d’une étude américaine, menée par la Faculté de Médecine Albert Einstein de l’Université Yeshiva et le Centre pour le Vieillissement du Cerveau Montefiore Einstein.

* La moitié des participants à l’étude jouera à des jeux cérébraux de Cognifit conçus pour entraîner spécifiquement les fonctions exécutives. Le groupe témoin jouera aussi à des jeux cérébraux de CogniFit, mais qui ne stimulent pas les mêmes processus cognitifs.

* Les chercheurs espèrent pouvoir montrer que les jeux cérébraux améliorent non seulement les processus cognitifs des participants, mais aussi leur façon de marcher.

————–

Madrid, le 04 Septembre 2017. La façon de marcher, ou démarche, fait appel aux différents niveaux du système nerveux. L’observer peut donc être très instructif dans le cas de troubles psychiatriques ou neurologiques. Si la vitesse de la marche diminue, ou si la démarche devient incohérente, cela peut être le signe de détériorations cognitives présentes ou à venir. Ces symptômes sont associés à de futures apparitions de démence ou de maladie d’Alzheimer.

Cela fait des années que la relation entre la démarche et la cognition fait l’objet d’études. En effet, les troubles de la démarche et la démence coexistent souvent chez les personnes âgées. Roee Holtzer, professeur de neurologie à la Faculté de Médecine Albert Einstein de l’Université Yeshiva et Joe Verghese, directeur du Centre pour le Vieillissement du Cerveau Montefiore Einstein, collaborent depuis 2011 et mènent une étude sur un panel de 600 personnes âgées. Ils ont découvert que la fonction exécutive, située dans le lobe frontal, est associée à la planification complexe, qui est fondamentale dans le fait de marcher en parlant.

Une étude pilote de 2010 sur le lien entre la démarche et les processus cognitifs a établi que les participants qui jouaient à des jeux cérébraux montraient une amélioration de leur démarche et de leur capacité à marcher en parlant. Cependant, dans cette étude, le groupe de contrôle ne jouait à aucun jeu cérébral. Ces résultats ont ouvert la porte à de futures études qui tenteront de comprendre le rôle des programmes d’entraînement cognitif et cérébral.

“Nous traitons la capacité à marcher comme une extension de la fonction cérébrale”, rapporte Dr. Verghese. Le principal but de l’étude de Holtzer et Verghese est d’améliorer la démarche grâce à l’amélioration de la fonction exécutive, en testant les effets d’un programme d’entraînement cognitif informatisé. À ce jour, les chercheurs ont réuni 120 participants, mais ils pensent réaliser l’étude avec un total de 420 participants. La moitié de ces participants jouera à des jeux cérébraux de Cognifit conçus pour entraîner spécifiquement les fonctions exécutives. L’autre moitié (groupe témoin) jouera aussi à des jeux cérébraux de CogniFit, mais ces derniers ne stimuleront pas les mêmes processus cognitifs que ceux utilisés par le groupe expérimental et feront donc office de placebos.

Avant de commencer les huit semaines d’entraînement, les scientifiques mesurent et évaluent la façon de marcher de chaque participant. Ils referont ces mesures après les huit semaines d’entraînement, ainsi que six mois et un an plus tard, dans le but de voir si les potentiels effets sont durables. L’étude se déroulera ainsi : trois fois par semaine pendant huit semaines, les participants joueront aux jeux cérébraux durant 45 minutes et les docteurs testeront leur activité cérébrale durant les exercices.

CogniFit endosse donc le rôle de leader en neurosciences dans le cadre de la prévention des risques de santé. L’entraînement cérébral personnalisé de CogniFit se fonde sur des algorythmes avancés et permet d’ajuster automatiquement la difficulté des jeux en fonction du niveau cognitif de l’utilisateur et des besoins des chercheurs.

“Un des problèmes auquel nous avions été confrontés est que si vous entraînez une personne à faire un test de mémoire, elle va améliorer ses capacités de mémoire, et rien d’autre.” confie le Dr. Verghese. “Cela s’appelle un transfert infratâche, ou transfert proche”.

À l’inverse, dans cette étude, les chercheurs espèrent que les jeux cérébraux amélioreront non seulement les processus cognitifs des participants, mais aussi leur façon de marcher. Il s’agirait alors d’un transfert intertâche, ou transfert lointain.

Plus d’informations et d’images de CogniFit :
Perrine Deschellette. Tel: 0034644736041. Mail: presse@cognifit.com

À propos de CogniFit :

CogniFit est une multinationale spécialisée dans le développement de solutions en ligne pour l’évaluation et l’amélioration de la santé cognitive, grâce à l’entraînement de la plasticité cérébrale.

Notre programme de neurosciences breveté est dirigé par une équipe internationale de scientifiques, neurologues et psychologues. Les résultats de leurs recherches et de leurs découvertes sur le fonctionnement du cerveau sont intégrés dans nos jeux cognitifs grâce à des algorithmes adaptés et l’analyse de big datas. Depuis plus de quinze ans, CogniFit développe des programmes d’entraînement cérébral personnalisés en partenariat avec des institutions scientifiques, et publie leurs résultats dans de nombreuses publications évaluées par les pairs.

Acteur leader dans l’évaluation cognitive et l’entraînement cérébral, CogniFit adresse ses programmes aux particuliers tout comme aux acteurs du monde de la santé, de l’éducation, de la recherche, du bien-être, de la conduite ou encore des ressources humaines.

Le site référencé ici est disponible à cette adresse : https://www.cognifit.com/fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here