9.3 C
Paris
mercredi 17 avril 2024
AccueilAssistance informatiqueCybersécurité : Quels risques pour 2023 ?

Cybersécurité : Quels risques pour 2023 ?

Date:

Articles en Relation

La cybersécurité est une question cruciale pour les entreprises comme pour les particuliers, car les cybermenaces deviennent chaque jour plus sophistiquées. Alors que 2020 inaugure une ère de numérisation sans précédent, les organisations et les individus doivent être attentifs aux risques potentiels posés par les pirates et les acteurs malveillants en ligne. Dans cet article, nous allons examiner certains des risques liés à la cybersécurité auxquels les entreprises, les institutions et les particuliers doivent s’attendre en 2023.

La désinformation comme cyberattaque : Reconnaître l’authenticité pour un bon usage du numérique

À l’ère numérique actuelle, les cyberattaques malveillantes sont devenues de plus en plus courantes dans les conflits géopolitiques, laissant les utilisateurs numériques exposés à la désinformation, commente Imad Lahoud, un expert en cybersécurité. La désinformation est généralement utilisée pour diffuser des informations fausses ou trompeuses, souvent dans le but d’inciter à la panique autour d’un sujet particulier. Si l’identification de sources d’information honnêtes et fiables est essentielle pour une utilisation efficace du numérique, il peut être difficile de faire la différence entre un contenu légitime et un contenu malveillant.

Pour aider à identifier les fake news et les fausses informations, il est important de faire attention à la source dont vous recevez les informations. Le site Web est-il connu pour son contenu digne de confiance ? L’article est-il rédigé par un auteur ou un organisme de presse crédible ? Y a-t-il d’autres sources qui corroborent la même histoire ? En outre, il est important de prêter attention à tout titre de type « clickbait » qui pourrait vous interpeller dans votre navigateur web ou dans vos flux de médias sociaux, il s’agit souvent de signes de contenu malveillant qui pourrait mener à une cyberattaque. Il est également important de toujours s’assurer que votre ordinateur est équipé d’un logiciel de sécurité à jour afin de vous protéger contre d’éventuelles escroqueries ou attaques de logiciels malveillants.

Enfin, prenez le temps d’évaluer les faits présentés dans un article avant de les partager ou de les croire, si quelque chose semble trop beau (ou trop mauvais) pour être vrai, c’est probablement le cas !

Hacktivisme : Comment les activistes politiques et sociaux utilisent le piratage pour attaquer les systèmes ?

Ces dernières années, l’hacktivisme est devenu une forme de protestation de plus en plus populaire pour les activistes politiques et sociaux. C’est la combinaison du piratage informatique et de l’activisme, qui peut être utilisée pour cibler des systèmes pour diverses raisons. Ces attaques visent souvent des organisations ou des entreprises dans des secteurs tels que les télécommunications, l’énergie, l’aviation, la technologie et les médias. Les hacktivistes sont connus pour utiliser toute une série de tactiques allant de la dégradation de sites Web aux attaques par déni de service distribué (DDoS) afin de perturber les opérations ou d’obtenir de la publicité pour leur cause. L’hacktivisme peut non seulement être utilisé comme une forme de protestation, mais aussi comme un moyen de sensibiliser le public à des questions politiques ou sociales particulières.

Les cyberattaques devenant de plus en plus sophistiquées et puissantes, les gouvernements tentent de combattre cette menace par des lois et des politiques conçues pour se protéger contre d’éventuelles attaques hacktivistes. Par exemple, la directive sur la sécurité des réseaux et de l’information (DSRI) de l’Union européenne exige des organisations qu’elles mettent en œuvre des mesures de sécurité capables de détecter, de prévenir ou de répondre rapidement à toute menace potentielle posée par des pirates informatiques. Les personnes qui s’inquiètent d’une éventuelle activité hacktiviste dans leur vie personnelle ou sur leur lieu de travail peuvent adopter plusieurs stratégies afin de minimiser le risque d’attaque.

Ils peuvent notamment s’assurer que leurs logiciels sont à jour des correctifs de sécurité, changer régulièrement de mots de passe et éviter de partager des informations sensibles via des sources non sécurisées telles que les courriers électroniques ou les services de partage de fichiers. Malgré les mesures prises par les gouvernements et les particuliers, la menace posée par l’hacktivisme restera un problème sérieux dans les années à venir et se poursuivra probablement en 2023, lorsque ses effets pourraient à nouveau atteindre un pic en raison des tensions sociopolitiques actuelles dans le monde.

Cyberattaques innovantes et inattendues : Explorer de nouvelles vulnérabilités

À l’ère du numérique, la cybersécurité n’a jamais été aussi importante. Les pirates informatiques ont pris l’habitude d’exploiter les systèmes utilisés par un grand nombre de personnes afin d’obtenir un maximum de résultats pour un minimum d’efforts. Cependant, ces systèmes sont de plus en plus difficiles à pénétrer pour les pirates en raison de leur robustesse. C’est une bonne nouvelle, mais cela n’a pas empêché les cybercriminels de rechercher d’autres angles d’attaque. Récemment, les pirates se sont détournés des systèmes bien protégés pour se tourner vers des services légèrement moins protégés ou négligés par les professionnels de la sécurité informatique.

Ces attaques consistent généralement à cibler le facteur humain impliqué dans 90 % des incidents de sécurité (IBM). Cette méthode permet aux pirates d’accéder à des informations ou à des données sans avoir besoin de connaissances ou de ressources étendues. On trouve des exemples de ce type d’attaque dans les e-mails de phishing, qui tentent de convaincre des utilisateurs peu méfiants de fournir des informations sensibles telles que des mots de passe ou des coordonnées bancaires. L’ingénierie sociale est un autre vecteur d’attaque courant, par lequel les attaquants peuvent essayer de manipuler des employés ou des clients pour qu’ils leur accordent l’accès à un système par la tromperie ou la coercition.

Face à ces tactiques sophistiquées, la formation des salariés devient un élément crucial de la stratégie de cybersécurité d’une entreprise. De nombreuses formations en cybersécurité à temps partie sont conçues pour aider les employés à identifier ces vulnérabilités. Elles fournissent les connaissances nécessaires pour appliquer les principes de sécurité et protéger l’infrastructure de leur entreprise, minimisant ainsi les risques liés à ces menaces.

Les pirates tirent également parti de nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage machine (ML) à des fins malveillantes. Par exemple, les bots alimentés par l’IA peuvent être utilisés dans des attaques par déni de service distribué (DDoS), inondant un système cible de requêtes afin de submerger et d’arrêter ses services. Les algorithmes de ML peuvent être entraînés sur des ensembles de données vulnérables afin de reconnaître des modèles indiquant une intention malveillante sur plusieurs sites simultanément, ce qui permet aux pirates de trouver des cibles apparemment sûres avant tout le monde.

 

- Publicité -

Dernières Actualités

Les mécennes

Astuce :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.