crédit : pixabay

En dehors de la situation critique des étrangers en Afghanistan, le sort des femmes afghanes inquiète également les dirigeants du monde entier. Quel avenu les talibans réservent-ils aux femmes ?

Qu’en est-il de l’éducation des filles ?

Plusieurs personnes craignent pour l’éducation des filles en Afghanistan et ces craintes sont bien justifiées. Déjà le 15 août, après la prise de Kaboul par les talibans, Aisha Khuram n’a pas pu se rendre à l’université avec ces camarades. Représentantes des jeunes Afghans auprès des Nations Unies, cette jeune fille de 22 ans et ces amies voient leurs rêves s’effondrer.

Prises de peur et de panique, certaines femmes ont décidé de cacher leur diplôme. Il faut noter que dans quelques régions, les filles peuvent désormais se rendre à l’école. Bien que les tuniques noires soient imposées, ces dernières se réjouissent quand même de pouvoir rejoindre à nouveau les salles de classe. Toutefois, elles ont encore peur.

Les mariages forcés

Le mariage forcé des jeunes filles est l’un des évènements qui inquiètent de plus en plus. Reza Jafari n’a pas manqué de faire un point de cette situation critique. Celui-ci affirme : « Dans les villages, les talibans enlèvent les filles âgées de 12 à 40 ans et les obligent à se marier avec eux. Les veuves et les célibataires ne peuvent plus sortir seules, elles doivent se marier. On est en 1990. »

On estime que pour certains talibans, les femmes sont comme des présents de guerre, des choses qui ne servent qu’à faire des enfants et cuisiner. La sécurité est très critique. Une réprimande de la part des chefs talibans pourrait également créer des frustrations au sein des groupes talibans. Ces derniers hésitent donc à prendre des décisions.

Rendre invisibles les femmes

Les talibans rassurent l’opinion publique et prévoient un respect des droits des femmes. Cependant, les nouvelles dispositions tiendront compte des « valeurs islamiques ». Les femmes afghanes ne croient pas en ces promesses et n’y voit que du leur. En exemple, après 10 ans au service de la chaîne publique RTA, l’accès aux locaux fut interdit à la présentatrice Shabnam Dawran.

Par contre, les employés de sexe masculin ont facilement eu accès à leur bureau. Depuis la prise de Kaboul par les talibans, toutes les images des femmes dans la ville ont été détruites. Les affiches publicitaires ne doivent pas montrer certaines parties de la femme.

Le monde inquiet

L’Union européenne et les États-Unis ont fait une déclaration conjointe le 17 août 2021. Au cours de leur déclaration, ils ont avoué être « profondément inquiets » du sort des femmes en Afghanistan. Ils appellent également les talibans à ne laisser place à aucune forme d’abus et de discrimination. Partout dans le monde, des voix s’élèvent pour le soutien des femmes afghanes.

Les féministes turques se sont réunies le 22 août 2021 devant l’ambassade d’Afghanistan à Istanbul. Le but de ce rassemblement était l’expression de leur soutien aux femmes afghanes. En effet, plusieurs craignent une importante régression du droit des femmes après l’arrivée des talibans aux pouvoirs. Les militants ont aussi demandé au président Erdogan de ne pas reconnaître le nouveau régime.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.