outil de reporting
Crédits : Pixabay

Le reporting est un véritable outil de communication, car il aide énormément dans la matérialisation des données. Il est demandé aux salariés par le manager pour le contrôle de la performance des équipes, et à son tour, le manager fait un compte-rendu à la direction. Le reporting est donc non négligeable pour toutes les entreprises voulant réussir. Afin de satisfaire leurs besoins, l’outil de reporting vient avec plusieurs fonctionnalités, et les voici.

C’est quoi le reporting ?

reporting
Crédits : Pixabay

L’outil de reporting comme myreport est créé afin de rendre compte des indicateurs de performance de manière périodique et d’aider à la prise de décision. Le principe est de collecter des données depuis différentes sources et de les trier ainsi que de les présenter de façon compréhensible pour qu’elles soient prêtes à être analysées. C’est donc un système de données vérifiables et vérifiées. En clair, il met en scène les données trouvées à une période donnée et les expose de façon claire pour qu’on puisse les analyser et les exploiter. Le reporting présente de multiples avantages, et le principal est la visualisation. Il matérialise les données et les rend plus compréhensibles pour tout le monde afin qu’elles deviennent d’excellents indicateurs de performance. Peu importe qui est le destinataire du reporting, les données dedans doivent être facilement comprises sans demander un traitement supplémentaire. Rien qu’en lisant le reporting, on peut prendre les bonnes décisions.

Les différents types de reporting et les secteurs d’activité les employant

On trouve 4 principales sortes de reporting : le reporting tactique (avec des informations permettant d’établir les stratégies de croissance reposant sur les tendances, les forces et les faiblesses), stratégique (avec des tableaux de bord axés sur le suivi des stratégies sur le long terme), opérationnel (pour surveiller, pour mesurer et pour gérer les processus et les opérations sur une courte période) et analytique (avec des tableaux de bord contenant différentes sources de données pour aider l’entreprise à découvrir de nouveaux marchés). Différents secteurs d’activité peuvent avoir recours au reporting : la finance, les ressources humaines, la communication, le commerce, le marketing, le droit… Plusieurs types de données peuvent être suivis, car le reporting comme l’outil myreport permet d’analyser de nombreux indicateurs. Parmi les données pouvant être matérialisées, il y a le nombre d’articles vendus, le trafic du site web, les effectifs de l’entreprise, les économies faites, les recettes et les dépenses…

Les éléments essentiels d’un reporting

Trois éléments sont incontournables dans le tableau de bord de reporting : le menu, la barre de contexte et la zone de visualisation des données. Le menu comprend les pages à consulter suivant les besoins, et il permet de naviguer sur chaque page et de structurer l’information par thème. La zone visualisation des données rassemble les indicateurs de performance, les graphiques et les tableaux, et ils viennent avec une plage de comparaison (temporelle, sectorielle ou intra-entreprise). La barre de contexte permet l’application de filtres et l’accès aux paramètres. Toutefois, le meilleur outil de reporting est celui qui possède des interfaces interactives, un langage de création des formules unifiées et une puissante intégration à Office (Excel, PowerPoint, Word) tout en étant facile à utiliser. Pour la facilité de compréhension et de lecture des données dans l’outil reporting, on conseille d’employer des couleurs et d’essayer de tout résumer sur une page. Aussi, en matière de reporting, rien ne vaut une bonne visualisation. En effet, notre cerveau est programmé pour le traitement visuel des informations. Pour sa réussite, il faut prendre des indicateurs pertinents, trouver une bonne illustration pour les données, tester les graphiques, contextualiser avec des commentaires, des légendes et des sources et impliquer l’audience. N’oublions pas que le reporting est une aide à l’action. Et encore, il doit préciser la date de récolte des données afin qu’il mesure l’évolution ou l’impact des décisions prises.

Cependant, il faut bien choisir son outil de reporting, car tous les outils ne se valent pas. Avec MyReport par exemple, il est possible de gérer la qualité des données, de publier les modèles, de modéliser les données sources ainsi que de gérer les stratégies de chargement. C’est un outil ingénieux et complet capable de restituer les données en DataVisualisation web et en Excel. Mais encore, l’utilisateur accède à tous les modules (Administrator, Server, Data, Messenger, MessengerRun, Datarun et Builder). Avec le système de droits, l’informatique permet de limiter les accès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.