taux de rendement de l'assurance-vie

L’assurance vie a perdu ces dernières années une partie de sa rentabilité à cause des banques centrales. Toutefois, l’assurance-vie continue de présenter d’avantages aussi importantes que sa rémunération.

Avec une rentabilité moyen par an de 4,8% en 2002 et 2,5% en 2014 (selon www.assurancevieluxembourg.fr), le déclin est évident pour le cas de l’assurance-vie. Avec une telle baisse, bon nombre d’épargnants se sont tournés vers d’autres placements plus rentables. Ils se sont tournés vers des contrats multisupports afin de chercher une meilleure rémunération. Ces contrats se montrent effectivement plus rémunérateurs, sans toutefois être totalement garantis. Pourtant, l’assurance-vie reste un placement privilégié. En effet, même si les fonds en euros se sont raréfiés, 500 milliards d’euros restent placés pour son compte.

Malgré la baisse fulgurante, les supports en unité de compte continuent également de proposer un placement assez intéressant. L’assurance-vie reste la plus intéressante, bien que d’autres placements proposent eux aussi des taux de plus en plus bas. La baisse du livret A, la plus importante, provoque la redirection des fonds. L’assurance-vie comme super privilège continue à offrir des taux nettement plus attrayants que ce livret à 0,75%. Paradoxalement, les assureurs en subissent les conséquences de cette grande baisse. Malgré leurs efforts pour attirer le plus de clients sur des unités de comptes, la collecte se dirige inévitablement vers le fond en euros.

La chute des taux obligataires qui est le principal carburant du fond en euros est due à la politique de la Banque Centrale Européenne. Cette baisse longue et continue devient un vrai cauchemar surtout pour les assureurs. Pourtant, on sait que la vocation originale de l’assurance-vie est surtout de garantir une couverture financière en cas d’événement directement lié à l’assuré : décès ou survie.

L’assurance-vie en France est le remboursement des primes versées par l’assuré pendant sa vie. Cette assurance doit également permettre de faire fructifier des fonds en poursuivant un objectif dans le long terme, et offre aussi d’avantages fiscaux en matière de succession. Représentant 40% de l’épargne, le marché de l’assurance-vie subit un choc important avec le déclin du taux de rendement. En effet, ce marché comprend bon nombre de groupes et associations en France, comme : CNP Assurance, Crédit Agricole, Crédit mutuel, BNP Paribas, Axa, Société générale, Generali, Allianz.

Un certain nombre d’acteurs locaux et également des CGPI sont aussi concernés par ce secteur. Les leaders de la politique monétaire auraient à se charger de cette situation afin d’éviter le déclin total du taux de rendement de l’assurance-vie.

Le site référencé ici est disponible à cette adresse :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.