crédits : pixabay

Les dispositifs de ralentissement en agglomération sont divers et variés. Ils ont tous pour vocation à apaiser la circulation, c’est-à-dire réduire le trafic automobile et améliorer la sécurité des piétons et cyclistes.
L’apaisement de la circulation prend en compte l’amélioration de l’environnement pour les habitants. C’est pourquoi de nombreuses stratégies sont mise en place.
La création de priorités à droite, de chicanes, de route à sens unique ou encore la mise en place de dispositif de ralentissement tel que les coussins berlinois, dos d’ânes ou encore les plateaux surélevés font partie de ces stratégies d’aménagements des voiries.

Les ralentisseurs coussins berlinois : peu coûteux et efficaces

Le coussin berlinois est aujourd’hui un élément indispensable pour réduire la vitesse en agglomération. Ne prenant pas toute la place de la chaussée, ce dispositif de ralentissement permet la fluidité du trafic et la sécurité des piétons.
Placé dans les endroits où les piétons sont plus ou moins nombreux, aux abords des écoles, rues commerçantes ou encore quartier résidentiel, le coussin berlinois est beaucoup plus visible que la priorité à droite décrite ci-dessous.
Le ralentisseur est toujours signalé sur la voirie grâce aux panneaux de signalisation, d’autant plus qu’il est apparent grâce à son coloris rouge et blanc. Cependant, Sino Concept fabrique les coussins berlinois suivant les recommandations CEREMA, et peut en fabriquer sur-mesure suivant les demandes.
Le coussin berlinois ne présente aucun danger sur la route, doté d’une surface anti-dérapant, de bandes réfléchissantes blanches, et d’un coefficient d’adhérence SRT élevé, ces caractéristiques font de lui un élément clé en agglomération.
Fabriqué en caoutchouc vulcanisé, le coussin berlinois est facile d’installation, adaptable et peut se retirer. Ce ralentisseur ne nécessite pas de grands travaux de voirie.

Les priorités à droite : un dispositif facile à mettre en place mais difficile à faire respecter

Les priorités à droite font partie d’un des dispositifs de ralentissement les plus utilisés en agglomération. Cependant, les priorités à droite ne sont pas toujours respectées. Les conducteurs doivent anticiper et ne pas rouler vite pour pouvoir s’arrêter à temps.
Aujourd’hui, de plus en plus de voiture sont présentes sur les routes et le manque de visibilité des priorités à droite peuvent crées des accidents ou des accrochages.
Important également : le fait de multiplier les arrêts et redémarrage des véhicules rend l’impact sur la qualité de l’air important.

Les ronds points : aménagement coûteux

Un rond-point est une intersection circulaire où les conducteurs se déplacent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre autour d’un îlot central. Il n’y a ni feux ni panneaux de signalisation : les conducteurs cèdent le passage à l’entrée de la circulation au rond-point, puis entrent dans l’intersection et sortent à la rue souhaitée.
Comparé à une intersection classique, le rond-point est beaucoup plus sécurisé. Il favorise une circulation apaisée et sécurisée autour de l’îlot central. Et malgré son coût extrêmement élevé, la France est l’un des pays qui dispose du plus grand nombre de ronds-points.

Les feux récompenses : un dispositif pédagogique pas encore très utilisé

Les feux asservis à la vitesse, aussi appelés parfois feux comportementaux, sont placés pour forcer les conducteurs à ralentir afin d’atteindre la limitation de vitesse autorisée. Ces feux sont dotés de deux feux répétiteurs (rouge et vert) et de systèmes de radars. À l’aide de ces radars qui captent la vitesse à 50 mètres des feux, les comportements de ceux-ci peuvent être déterminés.
Ainsi, si la limitation autorisée est dépassée, le feu affiché restera rouge. Dans le cas où la vitesse ne dépasse pas la vitesse déterminée par les agglomérations, le feu changera en vert pour laisser passer le conducteur.

Qu’en est-il des zones limitées à 30 km/h ?

En roulant à 30km/h, le temps de réaction augmente, ce qui permet une réaction plus rapide face aux obstacles : piétons, véhicules, cyclistes, etc. Le risque d’accident est alors diminué.
Les zones 30 aident aussi à la lutte contre le changement climatique, car une vitesse plus basse signifie moins d’émissions de gaz d’échappement.
Ces zones favorisent ainsi la circulation à vélo ou à pied, ce qui limite les nuisances et pollutions sonores.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.