e-cigarette
Crédits : Pixabay

Que ce soit par effet de mode ou par envie d’arrêter de fumer, la cigarette électronique ou e-cigarette ne cesse de faire des adaptes. Sa réputation est basée sur le fait qu’elle est capable de reproduire les sensations d’une cigarette classique. Il n’y a plus de combustion, c’est remplacé par la vaporisation d’un e-liquide avec ou sans nicotine. Toutes les cigarettes électroniques ont le même fonctionnement, mais pour profiter d’une meilleure vape, il faut faire le bon choix.

Les diverses sortes de cigarettes électroniques

Quand on achète notre cigarette électronique, on nous présentera 3 types de vapoteuses : le format pod, le format tube et le format box. De petite taille, le premier est prisé pour vapoter les e-liquides alternatifs comme le CBD ou les sels de nicotine. Mais il est aussi efficace pour les e-liquides classiques avec un taux élevé en nicotine comme chez Vuse. Le second, de petite taille également, comprend une batterie rechargeable et un clearomiseur amovible ou non. À noter que l’on trouve des kits All-In-One avec un réservoir intégré. Ils sont simples à utiliser, la batterie est capable de reconnaître le clearomiseur et envoie la puissance nécessaire. De forme rectangulaire, le troisième est plus encombrant avec une batterie de grande capacité ou des accumulateurs. Toutefois, il permet de vapoter longtemps et d’atteindre de fortes puissances.

L’autonomie

cigarette électronique
Crédits : Pixabay

C’est un important critère à considérer dans le choix d’une cigarette électronique. L’autonomie est exprimée en milliampère/heure (mAh). Plus c’est élevé, plus la batterie est autonome. Pour trouver la bonne intensité, il faut tenir compte de la consommation quotidienne de cigarettes. Plus on fume, plus on a besoin d’une batterie avec une grande autonomie. Les petits fumeurs peuvent compter sur une batterie de 2200 mAh, les fumeurs moyens ont besoin d’une batterie de 2600 mAh, et les grands fumeurs choisissent une batterie puissante de plus 4000 mAh.

La puissance

Ensuite, il faut considérer la puissance de la cigarette électronique exprimée en Watts (W), car c’est d’elle que dépend la vapeur. Il faut savoir que la batterie fournit un courant électrique, et c’est envoyé directement dans la résistance. Plus elle est puissante, plus l’atomiseur peut supporter cette force sinon, on ressent un goût brûlé quand la mèche de coton et les coils sont calcinés. C’est suivant la manière de vapoter que l’on choisit la puissance. Si on débute dans la vape, il ne faut pas prendre une cigarette électronique de plus de 100 W.

Vape subohm ou vape serrée ?

Il y a deux façons de vapoter : en inhalation directe ou en inhalation indirecte. Pour la première, on constate un tirage aérien et abondant de la vapeur. Afin de l’avoir, on ouvre l’airflow pour laisser l’air passer, et on emploie des résistances subohms avec une valeur moins de 1Ohm et donnant une vapeur très chaude. Elles sont compatibles avec les e-liquides très dosés en glycérine végétale. Pour la deuxième, la vape est plus douce avec un tirage serré de la vapeur. Avec le volume d’air inhalé semblable à celui de la cigarette classique, l’inhalation indirecte est idéale suite à l’arrêt du tabac. Aussi, elle restitue bien les saveurs des e-liquides.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.