Historiquement, les procédés de soudage industriel associaient les métaux en fusionnant le matériau d’apport avec les métaux de base soudés. Les procédés pouvant être mis en œuvre sur une base semi-automatique pour les soudages industriels, tels que le soudage à l’arc, existent depuis de nombreuses années.

Les 50 dernières années ont vu le développement d’un certain nombre de nouveaux procédés, comme le soudage par faisceau laser. Au fur et à mesure que la science progresse, les procédés de soudage industriel évoluent également. La robotique et d’autres formes de soudage automatisé sont désormais monnaie courante.

Soudage avec fil

Les procédés de soudage capables d’une pénétration peu profonde nécessitent un chanfreinage des bords et l’utilisation d’un fil d’apport. Les soudures consistent généralement en une phase de fond initiale, qui est suivie d’un certain de phases de remplissage, et elle est complétée par une phase de bouchage.

Un matériau de remplissage, généralement du fil, est ajouté au bain de fusion fondu pendant le soudage afin de remplir la préparation et de fusionner les éléments. Les principaux procédés de soudage industriel de cette catégorie comprennent le soudage TIG, le MIG et le soudage à l’arc submergé.

Soudage sans fil

Les procédés de soudage capables de pénétration profonde peuvent être réalisés de manière autogène, ou sans fil. Le joint ne nécessite généralement aucun biseautage de bord et est présenté comme un bout carré. Les soudures consistent en une seule phase de soudage à pleine pénétration. Il s’agit de procédés à haute productivité parfaitement adaptés aux applications de soudage de production telles que les bobinages, les tuyaux, les cuves et les réservoirs…

Les principaux procédés de soudage industriel de cette catégorie comprennent le soudage K-TIG ou encore le soudage Plasma. Il existe de nombreuses techniques de soudage industriel. Avec le développement des nouvelles technologies, les procédés sont encore plus efficaces.